Terre de Légendes : les naufrageurs

Sur la Côte des Légendes, chaque pierre, chaque arbre, chaque source est habité par une histoire. Contées par les anciens ou trouvées dans les livres, anecotiques ou religieuses, en français ou en breton… on les adore ! Ces légendes amusent, intriguent, font parfois peur et surtout, racontent l’histoire de notre pays. Nous allons commencer notre voyage dans ce monde légendaire par la plus célèbre d’entre-elles, celle des naufrageurs.

Faites-vous peur avec les naufrageurs

 

Du mythe du naufrageur…

La légende nous raconte l’histoire d’un peuple : les Paganiz, des êtres indépendants, indisciplinés, insoumis voire rebelles. Il est dit que ces hommes et ces femmes accrochaient, de nuit et par mauvais temps, des lanternes aux cornes des vaches, pour provoquer la perdition des bateaux qui voguaient au large. On dit aussi que lorsque les navires s’échouaient sur la grève, les Paganiz tuaient les éventuels survivants et rejetaient leurs cadavres à la mer après les avoir dépouillés de tous leurs biens. L’historien Michelet relatera même en 1831 qu’ils n’hésitaient à « arracher une bague au doigt d’une femme qui se noyait à lui couper avec les dents ». Une légende sanglante était née…

… à la réalité du pilleur d’épaves

Une légende cependant infondée, qui n’a jamais été démontrée ni par les historiens, ni par des capitaines de navire. La seule chose réellement prouvée dans cette histoire est la pauvreté de ces personnes, qui les amenait à piller les navires échoués sur les plages. De plus, très rocheuse, il ne faut pas beaucoup d’imagination pour se convaincre que la côte du pays Pagan est propice aux naufrages. En bref, les naufrageurs ne seraient qu’un fantasme né d’un fait historique et culturel : le pillage des épaves.

Ou du cousin de Frankenstein à l’écolo avant l’heure.

Les naufrageurs sont donc une légende popularisée notamment par les artistes romantiques du XIXe siècle. Le pilleur est devenu sous leurs plumes un être à chaque détail plus sordide. Un peu « dark » et plus attirés par le fantastique que soucieux de réalité historique, c’est également à eux que l’on doit les personnages de Frankenstein ou encore de Dracula. Et puis, ne devrait-on pas plutôt les remercier, ces paganiz, d’avoir à chaque fois nettoyé nos plages des débris des navires échoués ? Et ce, en quelques heures seulement de peur que la maréchaussée ne se saisisse de leur butin. Va doué, quelle efficacité !

Le village des naufrageurs

 

Si la figure du naufrageur est commune à bien des régions littorales, il n’en demeure pas moins qu’elle est très attachée à Meneham en Kerlouan. Venez découvrir ce village de paysans-pécheurs-goémoniers qui savaient profiter des cadeaux offerts par la mer après une tempête.

Pour en savoir + : www.meneham.bzh



Dessine-moi un naufrageur
Pardon, un pilleur d’épaves

Coloriage destiné à ce que les enfants aussi découvrent cette figure emblématique de la Côte des Légendes et apprennent à démêler le vrai du faux.

En vente à Meneham : 5€

 
 
 
Idée de balade

Idée de balade

Si vous doutez encore que les naufrageurs soient une légende…


Une idée parmi d’autres de balade le long de cette fameuse côte rocheuse, aussi belle que dangereuse.

˃ Départ « Meneham »
> Arrivée « La Digue » 
Parcours stabilisé de 1,2 km
(accessible aux fauteuils roulants).

Vous nous direz ensuite si vous croyez encore que les Paganiz avaient besoin de forcer le destin pour voir s’échouer des bateaux sur le rivage !